Se créer des souvenirs

15 février 2021 Magalie Boulerice

Se créer des souvenirs

Ça vous arrive parfois de faire des activités à contre-coeur ? Je ne parle pas du ménage ou d’aller à l’épicerie. Je parle d’une activité familiale.

Durant le congé des fêtes, j’ai succombé. J’ai dit oui à ma fille pour aller faire du ski alpin, même si ça ne me tentait vraiment pas (comme dans Vraiment Vraiment Pas). Ça me semblait tellement compliqué et insensé d’aller me foutre dans une marée de monde, à devoir porter un masque à l’extérieur, à faire la file pendant des heures, pas de cafétéria, pris à manger ton lunch dans l’auto avec tes grosses bottes de ski, y fait frette, tuque de travers et morve au nez. (Je l’ai dit hein que ça ne me tentait pas ?) Mais comment dire non à ma fille qui venait d’avoir 16 ans en plein confinement ? La pauvre qui n’a même pas pu célébrer son sweet sixteen…

J’ai donc accepté pour lui faire plaisir et lui remonter le moral. Je me suis bottée les fesses en me disant que l’important, c’est de passer du temps ensemble. Mon père a toujours dit que la vie sert à se construire des souvenirs. Selon ce principe, mieux vaut partir en expédition que de rester dans son salon, non? Soyons honnêtes, sortir de sa zone de confort est souvent la source de précieux souvenirs, bons ou mauvais.

Et ohhhhh que j’ai eu raison. Quand je suis arrivée en haut de la montagne, je suis tombée devant ce magnifique paysage. Une merveille pour mes yeux.

C’était tellement beau que j’aurais passé ma journée en haut du remonte-pente, à regarder les arbres recouverts de neige glacée. Et j’en ai vu des montagnes et des centres de ski à travers les années, de la Suisse à la Californie, en passant par nos belles Rocheuses canadiennes. Mais ce paysage… J’avais l’impression d’être sur une autre planète !

Je me suis retenue fort fort pour ne pas retourner à la maison et aller chercher ma caméra. C’était l’occasion rêvée de faire des photos complètement irréelles. Mais pas certaine que ma fille aurait apprécié mon aller-retour. Alors j’ai pilé sur mon orgueil de photographe et j’ai sorti mon vieux iPhone 7. Faut ce qui faut pour rester dans le moment présent !

J’ai pris un immense plaisir à me geler les doigts au courant de la journée à essayer d’obtenir la photo parfaite (obsession sur laquelle je dois travailler). Le brouillard était tellement épais qu’on voyait à peine devant et le silence était si apaisant qu’on avait l’impression d’être seules au monde. Chaque piste nous dévoilait sa splendeur et chaque remontée nous donnait espoir de voir le soleil faire son apparition et nous offrir un paysage différent. Ok, j’avoue, la patience de ma fille a quelque peu été testée au cours des centaines de photos prises durant la journée. Mais elle reste tout de même la partenaire idéale de mes délires photographiques.
Ce fut une journée parfaite. Même le lunch dans l’auto a été mémorable.

J’ai compris il y a longtemps que le bonheur est une accumulation de ces moments qui nous sont précieux. Et pour les vivre ces moments-là, il faut parfois se botter le derrière et se forcer même si on en a pas toujours envie. Après tout, la vie c’est fait pour se créer des souvenirs. Et cette magnifique journée restera longtemps gravée dans ma mémoire.

Et vous, que ferez-vous pour créer des souvenirs? Y repenserez-vous à deux fois avant de dire non à une activité familiale?

, , ,